Archives de la catégorie Autoportrait nu

Nous avons décidé de republier le commentaire de Rolland St-Gelais (voir Être son propre modèle) sous forme d’article, accompagné cette fois-ci d’images et d’un lien à sa galerie de photos sur DevianArt. Pourquoi ? Parce que cet homme a non seulement « osé posé nu », il a surtout osé s’affirmer positivement dans ce qu’il est à part entière, au-delà de toute forme de jugement et de préjugé!

Au lieu de fuir les regards interrogateurs posés sur son corps et l’handicap qu’il porte, il a décidé d’offrir sa différence et son image de façon créative.

Là où d’autres se seraient cachés, obéissant aux règles implicites selon lesquelles il est socialement préférable de masquer la vulnérabilité et l’infirmité, et d’afficher tout ce qui tend vers les idéaux de performance et de perfection, Rolland s’est tout simplement dévoilé tel quel au regard public. Pratiquant l’art difficile de l’autoportrait photographique sans complaisance ni apitoiement, il accepte de poser un regard à la fois franc et accueillant sur son corps, regard que bien peu de personnes, même parmi les plus « avantagés » acceptent de s’accorder.

Sa démarche artistique relève de la même authenticité, ne considérant une photo digne d’intérêt que si son œil « partage ce que son cœur ressent »!

Bonjour,

J’ai adoré lire cet article qui est venu me chercher dans mon âme (voir Être son propre modèle par Benoit David)

En effet, je sais très bien ce qu’est que de poser nu pour soi-même et par la suite, poser pour une diffusion sur un site artistique.

Il est vrai que je suis habitué à me faire regarder par la plupart des gens. Je suis handicapé depuis ma naissance, ceci est dû par la Thalidomide, et le fait d’être dévisagé pour mon physique est devenu au fil du temps une habitude. Toutefois, je me suis dis qu’il serait bien que les gens, du moins ceux et celles qui désirent voir la différence physique sous un autre regard, aient la chance de le faire avec un homme bien dans son corps et heureux de sa situation.

C’est ainsi que je suis devenu membre du site DeviantArt où j’y ai mis plus de mille photos. Mais, attention ! De ce nombre, li n’y a qu’environ 60 photos de moi photographié nu. Il ne faut surtout pas mélanger » le désire éducationnel » avec celui de « l’exhibitionnisme ». Ce sont-là deux voies totalement opposées.

C’est moi-même qui me prend en photo et ce, sous le coup d’une conception apparue soudainement. Que faire ? Pourquoi le faire ainsi et non pas d’une autre façon ? Et, le plus important, dans quel but ?

Je réponds à la question par ce simple constat : Tout montrer, mais le montrer avec soin. Si je suis capable de répondre à cette question et de réaliser mes photos dans cette optique, je suis déjà sur la bonne voie.

autoportrait-rolland-2-300.jpg

Pour la deuxième question, le tout doit être fait selon le feeling du moment. Que veut exprimer mon âme en utilisant ce corps blessé, mais beau dans son parcours de vie? Je considère que j’ai réussi à réaliser une photo digne d’intérêt seulement si d’une part, mon œil partage ce que mon cœur ressent. S’il n’y a pas de connexion positive entre ce que je vois et mon sentiment profond que je vis, la photo est ratée. Mais, dans le cas contraire, je suis comblé.

Et, pour la dernière question, je retouche ladite photo avec divers logiciels jusqu’à ce que je rende celle-ci tout à fait artistique ou qu’elle réussisse à faire passer le message suivant : Pourquoi n’aurais-je pas le droit d’être vu autrement qu’un simple sujet d’ordre médical ? Mon corps n’est pas un objet de foire. Il est aussi une œuvre artistique témoignant certes d’une page sombre de la pharmacologie, mais il est aussi beau que n’importe tel autre puisqu’il a une histoire qui lui est propre.

autoportrait-rolland-1.jpg

Ce qui m’a le plus étonné se rapporte au nombre incroyable de commentaires positifs publiés sur ces photos. Bien sûr, certains sont stupides mais je les efface le plus rapidement possible et je ne leur prête guère d’attention. Mais, pour ce qui est des autres, cela a été vraiment incroyable. Certaines personnes m’ont offert de venir à Québec, où je vis actuellement, pour leur servir de modèle nu. D’autres m’ont souhaité de trouver un(e) photographe professionnel(elle) et que ses photos soient publiées dans des revues artistiques.

Il y a même un projet qui est actuellement en cours. Je ne peux pas en dire plus pour l’instant afin de ne pas se faire voler l’idée. Désolé !

Quoiqu’il en soit, cela m’a permis de faire connaître mon corps d’une façon tout autre. D’autant plus que cela m’a aidé à établir des liens avec des gens œuvrant dans le monde artistique.

Bref, je suis un homme comblé par la vie parce que j’ai osé faire ce que plusieurs personnes non handicapées n’ont jamais osé le faire : Réaliser un rêve. Rassurez-vous ! J’en ai bien d’autres.

À lire aussi, le commentaire de Rolland à l’article : La première fois que j’ai posé nue

Voir d’autres autoportraits de Rolland sur sa galerie Nude Arts

Je suis artiste. Je manipule des photos numériques. Je n’ai qu’un sujet, le corps humain.

Depuis quelques années déjà, je suis mon propre modèle. J’ai travaillé aussi avec plusieurs modèles, certains de métier, mais, toujours, je répète cette expérience bien particulière qu’est de poser pour soi-même.

Étant pudique, la chose ne s’est pas fait facilement. J’ai travaillé les premières photos de moi en me disant que je ne les montrerais jamais. Au fil du temps (quelques mois), une distance s’est créée entre ces œuvres et moi. A mes yeux, il ne s’agissait plus de mon corps mais d’un corps. Quand je me suis décidé à les montrer sur internet, les réactions enthousiastes ont dissipé toute gêne. Peu de temps après, elles se retrouvèrent en galerie.

Être son propre modèle comporte des avantages et des inconvénients. La rapidité avec laquelle je peux saisir en image une idée qui m’est venue spontanément a quelque chose d’irremplaçable.

Benoit David

http://benoitdavid.net
http://goliathsouslapluie.wordpress.com

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 42 autres abonnés