Un nouveau témoignage d’une modèle pour les ateliers d’art :

J’aime poser.

Je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que c’est différent.

C’est peut-être aussi parce que je le fais par plaisir, et que je ne me force jamais à le faire si je n’en sens plus l’élan.

Il me semble que je pose avant tout par curiosité. La première fois, j’étais juste curieuse de vivre l’expérience. Je voulais savoir comment on se sent quand on se retrouve nue devant un groupe de personnes en train de te dessiner. C’est spécial comme sensation. Tu vois les artistes concentrés tout autour, en train de piocher sur leur dessin, avec leur regard qui revient tout le temps vers toi, comme si tout ce qu’ils sont en train de faire dépendait de toi.

Après plusieurs années de pose nue, je suis encore curieuse. Curieuse du prochain atelier de dessin, des différents regards posés sur mon corps, curieuse de voir les dessins et peintures que les artistes auront fait, curieuse de je sais trop quoi, mais curieuse.

Pour moi, c’est comme une méditation, ça me force à me concentrer, à me concentrer sur la prochaine pose, à me concentrer sur ma respiration quand la pose devient difficile à maintenir, à me concentrer pour être pleinement présente, et parfois, je l’avoue, à me concentrer pour ne pas m’endormir durant les poses longues.

À la fin de l’atelier, j’ai un sentiment de satisfaction, satisfaction de l’avoir fait, d’avoir livré et maintenu les poses tout du long, d’avoir servi de modèle et d’inspiration pour les artistes présents. Je me sens dégagée et vivante, comme après une séance intensive d’exercice physique.

Certains pensent que c’est un travail de paresseux, que tu as juste à t’installer confortablement et attendre que le temps passe en te la coulant douce. Peut-être que certains modèles le vivent ainsi, mais ce n’est pas du tout mon expérience. Personnellement, cela me demande tout un effort, mais cet effort m’est gratifiant.

Quoi dire d’autre sur l’expérience?

J’ai une nette préférence pour les ateliers de dessin d’après modèle vivant réunissant de petits groupes artistes. L’atmosphère est généralement plus chaleureuse et conviviale, les artistes sont motivés, tu sens que ta présence est importante et appréciée. L’atelier se passe en silence dans une ambiance respectueuse.

Pour les cours dans des institutions et universités, cela dépend beaucoup du prof ou de la personne qui anime l’atelier. Pour dire la vérité, j’ai eu des mauvaises expériences. Tu rentres dans la classe, il fait froid, personne n’est là pour t’accueillir, faut que tu demandes pour savoir où tu peux te changer et laisser tes vêtements. Parfois le prof n’est pas là et tu attends que l’un des étudiants décide de commencer l’atelier. L’éclairage est pourri, genre tubes fluorescents qui dispense une lumière froide et plate, presque médicale. Le pire, c’est quand une grande partie des étudiants n’ont même pas envie d’être là, qu’ils assistent au cours par obligation et qu’ils préféreraient nettement être ailleurs. Du coup, ils se mettent à parler entre eux, font des farces et se permettent des commentaires déplacés. Et quand l’atelier commence, tu as juste l’impression d’être un objet de référence, un support abstrait aux explorations graphiques désabusées d’étudiants en manque de flamme et de passion.

Bon, ça c’est l’exception, et je ne veux pas décourager qui que ce soit de l’essayer. Vous pouvez toujours faire comme moi. Je ne suis pas artiste pour un sou et je ne sais pas dessiner. Cela ne m’empêche pas de demander, lorsque l’on me réfère pour aller poser dans un nouveau groupe ou atelier, l’autorisation de venir dessiner avec les artistes dans un des sessions de dessin d’après modèle. Cela me permet de faire un premier contact et de savoir à quoi m’en tenir. La plupart des artistes sont très accueillants, ils m’aident et m’encouragent comme si j’étais l’une de leur étudiante, et de belles complicités se sont créées à partir de ces séances d’essai!

Je pense que c’est tout pour tout de suite. Je prépare un autre article avec quelques conseils pour celles et ceux qui veulent devenir modèle pour les arts.

D’ici là, si vous avez des questions, ne vous gênez pas de les poser, j’essayerai d’y répondre!

Maëlle